15 km pour honorer le grand papa de Laurence

La vie de mon beau-père s’est éteint hier soir à 20h50. Je suis allée le saluer une dernière fois à peu près 30 minutes après son dernier souffle. C’est fou comment le corps est vide sans la vie. Il avait l’air bien par contre. Serein. Il n’est pas mort en souffrant, ça s’est certain. Il était encore beau. Fier.

Ce matin, pour compléter mon salut, j’ai décidé de courir ma plus longue sortie depuis près d’un an, en son honneur.

Je me suis préparée comme quand je partais pour une longue sortie; les gels (que je n’ai pas mangé mais j’aimais mieux les avoir au cas où) et le sac d’hydratation. Ça faisait depuis ma préparation pour le marathon de NY l’année dernière que je n’avais pas fait ce genre de sortie. J’avais besoin de courir longtemps et dans un environnement calme et serein. J’ai choisie le Mont-Royal.

J’avais comme objectif de me rendre sur la montagne à partir de chez moi et de faire demi tour à 7.5 km. C’était tout un défi considérant mon niveau de fatigue émotif et physique sans compter le fait que je ne cours pas en côtes depuis ma blessure.

J’ai couru dans ma bulle en réfléchissant à la vie et à la mort. De ce que l’on fait de notre vie pendant que nous y sommes. Mais surtout de comment je vais continuer à honorer la vie de mon beau-père pour ma fille qui ne se souviendra pas de son grand-père. C’est ce qui me rend le plus triste.

Ça m’a fait vraiment du bien de courir. Mes jambes répondaient très bien, sans aucunes douleurs, juste une fatigue musculaire pour les 2 derniers km et mon souffle était parfois court à cause des montés d’émotions. Même si M. Gagnon n’a jamais compris pourquoi je cours, je suis certaine qu’il était juste là, derrière moi. C’était vraiment le meilleur des beaux-papa. J’ai été choyée de l’avoir dans ma vie. Je suis heureuse et soulagée qu’il ne souffre plus. C’est difficile la maladie. J’apprécie encore plus ma chance aujourd’hui.

Courir 15 km, c’est comme une autre étape de franchie pour moi. Merci M. Gagnon. Reposes-en paix.

Post Author

This post was written by who has written 747 posts on Maman marathonienne.

7 Responses to “15 km pour honorer le grand papa de Laurence”

  1. Luc Levesque 2011/10/23 at 17:15 #

    Un bel honneur que tu lui as fait, mes sympathies à ta famille.

  2. Carole S 2011/10/23 at 18:24 #

    C’est effectivement un bel hommage que tu lui as fait, et cela a dû te faire beaucoup de bien.

    En ce qui concerne les souvenirs de Laurence, peut-être en aura-t-elle de lui ?
    J’ai perdu mon grand-père maternel alors que j’avais 3 ans, mais j’ai tout de même des souvenirs de lui et ce sont des souvenirs très importants étant donné que ce sont les premiers dont je me souviennes.
    Mon pépé a une place particulière dans ma vie et dans mon coeur. Il est souvent avec moi et, bien que je ne crois pas en Dieu, je me dis que si il y a quelqu’un qui veille sur moi de quelque part, c’est sûrement lui !

    Bon courage pour les moments qui s’en viennent.

  3. François 2011/10/23 at 19:01 #

    Tu lui a fait le plus beau des hommages. En 2007, j’ai perdu un oncle qui était comme un second père pour moi ( mon père est décédé quand j’avais 16 ans) . Le lendemain, je suis allé courir dans le sentier du parc linéaire de la rivière St-Charles et je sentais sa présence au travers des arbres. Il avait du sang huron-wendat par sa mère.

  4. Pierre le Grand 2011/10/23 at 19:44 #

    J’abonde dans le même sens que Carole. J’ai perdu mon grand-père à l’âge de quatre ans et j’ai encore des souvenirs.

    On ne lâche pas! La phrase de motivation de Pascaline ne s’applique pas uniquement à l’entraînement sportif.

  5. La Théraize 2011/10/24 at 06:22 #

    Mes condoléances premièrement… c’est jamais facile de predre quelqu’un de proche…

    Je te comprend tellement quand tu parles que ta fille ne connaîtra pas son grand-père… Ma fille a seulement une grand mère et je trouve ca assez triste pour elle même si elle n’aura jamais connu autre chose. J’aurais aimée connaître mon beau-père… quand mon chum en parle, ça semblait un homme vraiment bien!

    Sinon, j’aurais tellement aimée que mes parents et ma fille puissent se connaître. Je vais faire de mon mieux pour lui parler deux quand elle sera en mesure de comprendre qu’ils sont dans nos coeurs…

    En tous cas, j’ai aussi l’impression souvent que mes parents sont à mes côtés quand je cours, même si j’étais loin de ça quand ils étaient en vie! et aussi loin de penser que je ferais du jogging un jour.

    Prends soin de toi et de toute ta petite famille!!!

  6. Madeleine 2011/10/25 at 18:23 #

    Quel beau texte. Merci de partager aussi sincèrement ce que tu vis. C’est précieux.

  7. Bruno 2011/10/26 at 09:54 #

    Très bel hommage. Je suis bien content qu’il ne soit pas mort en souffrant car mourir n’est sûrement pas une étape facile dans la vie. Je t’offre toute ma sympathie, ainsi qu.à ta famille.

    Pour ce qui est de Laurence, elle peut garder des souvenirs de son grand-papa s’il s’est passé quelque chose d’important, de son point de vue. Moi, mon plus ancien souvenir documenté date de l’âge de 2 ans et environ 10 mois. Mais j’ai des flashes de mémoire qui remontent probablement encore plus tôt. Ma grand-mère est décédée quand ma mère avait un peu plus de 2 ans, et ma mère s’est souvenue pendant toute sa vie d’avoir vu le cercueil être fermé sur sa mère. Alors un enfant peut fixer des images très tôt dans sa vie.

    J’espère que ta blessure ne t’ennuie pas trop.

Leave a Reply

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.